Ferme aquaponique des Vosges - Photo : kms communication pour les Audacieux

— L’aquaponie, la culture de plantes au naturel

Noémie Charpentier est un sacré bout de femme. En 2019 elle lâche son job en CDI pour créer, dans l’ancienne ferme de ses grands-parents, au bord du lac de Bouzey, la première ferme aquaponique des Vosges. L’idée : cultiver des légumes et fruits de saison grâce à des excréments de poissons, le tout en circuit fermé. Deux ans et cinq tonnes de légumes après la création de la ferme, la jeune entrepreneuse revient sur la genèse de cette idée pas si folle.

« J’ai toujours aimé les poissons » sourit la jeune femme en commençant son récit… Un jour elle tombe sur un article vantant les mérites et les principes de l’aquaponie*. Il s’agit d’un écosystème qui unit la culture de plantes et l’élevage de poissons dont les déjections servent d’engrais.
Dit comme cela, ça parait simple. Oui et non… Intriguée et inspirée, Noémie se documente, se renseigne. Des fermes de ce type existent en France. La première, à Bordeaux, fonctionne avec des truites, tout comme celle de Normandie. Mais la truite ne vit pas toute l’année. L’été, elle souffre des conditions climatiques, la ferme ne fonctionne donc que pendant 8 mois.  « Je voulais pourvoir cultiver les plantes toute l’année, il fallait donc que je trouve un poisson qui aime le chaud et le froid ». Alors Noémie cherche encore. Mais dans les autres pays, c’est un poisson interdit en France qui est utilisé : le Tilapia. Il faut donc trouver une autre espèce. Et si possible une espère omnivore qui pourrait donc se nourrir des racines des légumes cultivés et de tous les déchets végétaux possibles. Une caractéristique dont dispose le poisson rouge…

……………………..

Signe(s) distinctif d’audace : se lancer dans une activité sur un coup de cœur et par amour pour les poissons

Un chiffre : 10 000 (poissons)

Un mot : circularité

……………………..

Aquaponie individuel - crédit photo : kmscommunication

Une culture optimisée,
en circuit fermé

Noémie imagine alors un système plus petit, chez elle, pour tester le principe et fait pousser ses premiers légumes avec ses poissons rouges. « Je trouvais génial ce côté naturel de produire des légumes en utilisant les excréments de poissons qui sont souvent vus comme des pollueurs. Ici, ils sont valorisés grâce aux plantes. En plus on fait de réelles économies d’eau. »

“La nature a besoin
de temps.”

Les poissons déposent donc dans l’eau leurs excréments qui s’y diluent. L’eau ainsi chargée en déjections passe par un filtre où se trouvent des bioball** qui fixent les bactéries et gèrent le taux de nitrate. L’eau enrichie part ensuite nourrir les plantes. Celles-ci puisent les nutriments dont elles ont besoin pour grandir, laissant en fin de circuit une eau filtrée et oxygénée.

L’expérience à domicile s’avérant concluante, la suite est évidente. L’heure était venue d’expérimenter plus en profondeur la chose. Forte de son expertise en maintenance industrielle sur des lignes de production, Noémie étudie le projet dans son ensemble, lance un financement participatif et aménage sa première ligne de cultures dans une partie de la ferme familiale.

Et retrouver le vrai goût des fruits et légumes

Toute la famille retrousse ses manches pour l’aider dans ce projet un peu fou. Electricité, création de bassins en cascade, dispersage des semis dans les billes d’argile, piquage des plantes à boutures… Tout est pensé, réfléchi, y compris la ruche à bourdons utile pour polliniser les fleurs qui donneront naissance aux fruits et légumes. Nous sommes en avril 2019. Cela fonctionne, reste plus qu’à convaincre les banques pour finaliser le projet. Mais les banquiers ont besoin d’être rassurés. Alors Noémie ajoute des poules à son projet. 200 volatiles plus tard, le prêt est accordé, Noémie quitte son CDI et c’est parti pour la grande aventure… Mais c’était sans compter sur l’arrivée d’une autre difficulté et ses conséquences  : la Covid, le confinement et l’interdiction de transporter des animaux vivants. Il allait falloir attendre que les poissons arrivent pour démarrer…. « J’ai perdu du temps mais les légumes ont attendu. En mai les poissons ont rejoint les bacs et en septembre tout était opérationnel. ».  

A la ferme de l’Abbaye, dans les 1000 m2 de serre, poussent tranquillement des légumes et fruits de saison, des herbes aromatiques et des fleurs. Ces dernières assurent quant à elles, la gestion des nuisibles (ces pucerons et autres insectes qui, sans ces fleurs, s’attaqueraient aux fruits et légumes).

Les premiers clients ont redécouvert ici le vrai goût des produits, grâce à cette manière on ne peut plus naturel de faire pousser des légumes. Si vous souhaitez en apprécier les propriétés gustatives, rendez-vous, sur place, dans la boutique, ou en ligne, sur le site internet (https://lavenirestdanslassiette.fr.).

Noémie organise également des visites guidées (quand celles-ci sont possibles évidemment) pour les écoles et les particuliers. Infos et renseignements : https://lavenirestdanslassiette.fr.

*Le mot aquaponie, traduction de l’anglais aquaponics, est un mot-valise qui résume le mode de culture issu de la fusion des mots aquaculture et hydroponie, le premier étant l’élevage de poissons et de végétaux en milieu aquatique, le second se rapportant à la culture de plantes réalisée sur un substrat régulièrement irrigué d’une solution nutritive. (source : dossier jardinage du quotidien Le Monde).

** Billes qui permettent un contrôle microbiologique quantitatif en favorisant le développement de bactéries et en optimisant la filtration biologique afin de conserver l’équilibre de l’eau.

Ferme aquaponique des Vosges - Photo : kms communication pour les Audacieux
Ferme aquaponique des Vosges - Photo : kms communication pour les Audacieux
Ferme aquaponique des Vosges - Photo : kms communication pour les Audacieux
Ferme aquaponique des Vosges - Photo : kms communication pour les Audacieux
Crédit photo : Grand Est

……………………..

CARTE SENSORIELLE

  • Une chose à voir : l’alignement des bassins, l’organisation optimale de l’ensemble du process,
  • Un goût : celui des plantes nées ici,
  • Un objet : une épuisette.

……………………..

Pour en savoir plus

Site de la ferme aquaponique de l’Abbaye : https://lavenirestdanslassiette.fr.