Kilimandjaro dépassement de soi

Se dépasser pour atteindre des sommets

Gravir le Kilimandjaro, Magali Tenette ne l’avait jamais fait, même si l’accompagnatrice en montagne qu’elle est a déjà affronté d’autres montagnes. Pour ce sommet-là, Magali avait envie d’autres choses. D’une aventure humaine, féminine, pour démontrer qu’au-delà de l’aspect sportif, se lancer le défi d’atteindre le sommet du Kilimandjaro pouvait révéler d’autres choses. Quatre femmes l’ont rejointe dans ce projet ambitieux.

Ce projet est d’abord partie d’une envie. Celle de relever un défi avec un public féminin. Un challenge sportif réalisable, non compétitif, juste dans l’objectif de se dépasser“, explique Magali Tenette. L’occasion peut-être aussi de démontrer aux quatre femmes qui l’ont accompagnée qu’avec de la préparation, de la ténacité et de l’envie, tout est possible. Car Magali n’est pas seulement psychologue libérale et coach en développement personnel, elle est aussi triathlète et accompagnatrice en montagne. Trois domaines qui se complètent, se nourrissent les uns des autres et qui lui ont permis de concrétiser cette aventure 100% féminine en octobre dernier.

……………………..

Signe(s) d’instinctif d’audace : oser, même si cela parait impossible.

Un chiffre : 5 895 m d’altitude

Un mot : aucun – car « il n’y a pas de mot pour décrire ce que l’on a vécu”.

……………………..

Ascension du Kilimandjaro photo ©magaliTenette pour lesAudaciueux

Deux mois de préparation

Une vingtaine de participantes ont été pré-sélectionnées en fonction de leur caractère, de leur condition physique et aussi « au feeling ». Sur les 20, quatre ont répondu favorablement à la proposition de Magali. Quatre femmes actives qui ne se connaissaient pas mais qui avaient toutes l’envie de se dépasser et d’oser réaliser un projet insolite, audacieux. “Ce n’est pas quelque chose qu’elles auraient fait toutes seules. Même si l’envie était là… Le fait de les réunir a permis de la rendre concrète. Pour moi, il était important qu’elles disposent toutes d’un fort tempérament car elles allaient devoir puiser dans leurs ressources, se dépasser pour parvenir au sommet. Techniquement le Kilimandjaro n’est pas une montagne compliquée, mais la haute altitude peut rendre son ascension difficile.

“Le bonheur ne se trouve pas au sommet de la montagne mais dans la façon de la gravir” Confusius.

Pendant deux mois le groupe s’est préparé et entrainé sur le massif vosgien pour se donner toutes les chances de réussite. A raison de trois entrainements par semaine, les filles ont enchainé les courses à pied le lundi, les randos trail le mardi et pédestre le dimanche. Pour fédérer le groupe, des épreuves collectives ont été imaginées comme la participation à l’Infernal trail de St-Nabord (les 30 km) et une course alpine dans la vallée blanche à Chamonix notamment pour se tester en altitude. Un bilan en hypoxie a aussi été réalisé en vue de la prescription éventuelle d’un traitement préventif, car en altitude personne ne peut prévoir qu’elle sera la réaction du corps.

Petit à petit, pas après pas… arriver au sommet

Une fois la préparation achevée, les paquetages spécifiques prêts, l’aventure pouvait commencer. “Lors de l’ascension on se retrouve face à soi-même. On ne sait pas comment notre corps va réagir. Toutes sont parties de zéro et se sont découverte avec ce défi. Il y a eu une vraie émulation, une belle cohésion d’équipe.”  Chacune est revenue de ce périple un peu différente peut-être mais riche d’une expérience unique : “Il n’y a pas de mot pour décrire ce que l’on a vécu,” témoigne l’une des femmes qui a participé à l’aventure. “Le plus compliqué c’était le froid et la fatigue. Mais quand le soleil se lève, l’énergie revient. Il nous restait à suivre le pas du guide : un pied, une respiration.”

A la question est-ce qu’elle va amener d’autres groupes au Kilimandjaro, Magali ne s’avance pas. Elle confirme que l’envie de repartir est bien présente, mais elle ne souhaite pas systématiser les choses. “Je suis en train de préparer un autre projet, différent, d’envergure moins importante qui demande aussi moins de conviction physique. Ce sera très certainement en Mongolie avec une dimension plus spirituelle.

Ascension du Kilimandjaro
Ascension du Kilimandjaro photo ©MagaliTenette pour les Audacieux
Ascension du Kilimandjaro photo ©MagaliTenette pour les Audacieux
Ascension du Kilimandjaro photo ©MagaliTenette pour les Audacieux
Ascension du Kilimandjaro photo ©MagaliTenette pour les Audacieux



……………………..

CARTE SENSORIELLE

  • Une chose à voir : les champs de glace au sommet et les séneçons géants
  • Une odeur : la terre poussiéreuse qui s’accrochait à nos narines
  • Un goût : des épices, du lait de coco, des avocats et des pop corn
  • Un objet : un sac à dos
  • Une musique : le chant des porteurs
 :
    “JAMBO BWANA, JAMBO BWANA…!

    HABARI GANI ?

    MZURI SANA – WAGENI MWAKARI BISHWA !

    KILIMANDJARO !

    HAKUNA MATATA !
    
MTAONA UHURU !

    HAKUNA MATATAV!”

……………………..