papeterie Lana de Docelles KMS communication #lesaudacieux

Le papier pour mémoire

Désormais ouverte sur l’extérieur, l’ex papeterie Lana de Docelles fermée en 2003 a accueilli cet été sa première exposition d’envergure, dévoilant ainsi une nouvelle page de son histoire : celle d’un ancien site industriel devenu lieu de vie, mémoire d’un passé papetier unique, mais pas seulement…

Dix années auront été nécessaires pour voir se réaliser le projet un peu fou de la ville de Docelles, un village situé entre Epinal et Gérardmer : celui de réhabiliter l’ancienne papeterie Lana en un lieu dédié à la mémoire du papier, mais pas que : « L’idée n’était pas de faire un musée. Cela aurait été trop figé. Nous souhaitions que le site vive de nouveau, qu’il devienne un endroit où le papier continue à vivre… Et redonner ainsi de la vie dans la commune » confie le Maire, Christian Tarantola, cheville ouvrière du projet. 

Comme beaucoup d’autres habitants de ce village de 980 âmes, Christian Tarantola a connu l’usine de l’intérieur. Sa maman, son papa et son grand-père y ont travaillé. Il était donc impossible, voire inenvisageable pour lui de voir disparaitre ce patrimoine vieux de quelque 400 ans (quand même !).

« Nous avions le devoir de redonner vie à cette usine, de préserver la mémoire du papier». Soutenu par son conseil municipal, le premier magistrat s’engage alors en faveur de la réhabilitation du site. Mais pas de n’importe quelle manière.

……………………..

Signe(s) distinctif d’audace : avoir relevé à plusieurs un défi de taille !

Un chiffre : siècles “car on construit ici les siècles à venir“.

Un mot : conversation d’un site séculaire.

……………………..

papeterie Lana Docelles photo KMS communication #lesaudacieux

Un projet à la hauteur du lieu

Autour et avec le papier, il y a une multitude de possibilités. Partant de ce postulat, la municipalité a rencontré plusieurs interlocuteurs qui, très vite, poussent l’équipe à voir plus loin, à construire un projet qui sorte de l’ordinaire. La rencontre avec l’EPFL (Etablissement Public Foncier de Lorraine) sera décisive. Une convention est signée. Les travaux de déconstruction et de réhabilitation peuvent commencer.




“Nous avons rasé des siècles d’histoire pour construire les siècles à venir”

En parallèle les premières activités s’installent : l’association Bouchons handicap 88 prend place dans une partie des locaux, tandis qu’un peu plus loin, sont cultivés des champignons (des « shiitake » dont il parait que la vertu est de « mourir immortel »).
Enfin, chaque été, depuis deux ans, la place devant l’usine s’anime une fois par semaine à l’occasion du marché de produits locaux. Petit à petit, Lana revit. Les villageois et ceux des communes voisines se réapproprient le site, le redécouvrent.

Jusqu’à l’apothéose de cet été 2018. Christian Tarantala sollicite Clair Arthur pour qu’il illumine le site de ses images. Mais l’artiste ne se cantonnera pas d’exposer ses oeuvres. Il fit exploser les lieux en un arc en ciel de couleurs, magnifié par ses histoires, ses rêves et ses déchirures. Des oeuvres grandioses, y compris par la taille, qui élèvent et révèlent les lieux dont l’incroyable grande salle et ses magnifiques voûtes du 17e siècle. L’exposition « De la Race des Anges » projette Docelles sur le devant de la scène et réconforte (à juste titre) ceux qui y croient depuis le début.

Ouverture de la papeterie vers l’extérieur

« Cette exposition est un aboutissement et nous montre combien nous avons eu raison ! » se félicite Christian Tarantola. Si la vocation culturelle du lieu est désormais ancrée, l’aménagement du site n’est pas terminé pour autant. De nouvelles phases de travaux vont être engagées pour accueillir les multiples activités prévues dont :

  • la remise en état et à sa place initiale de la « machine 2 », machine à forme ronde comportant une caisse de tête distributrice de papier,
  • une écloserie qui sera située dans un des bassins de décantation et gérée par la société de pêche locale,
  • la culture de plantes (notamment celles que l’on utilisait pour fabriquer du papier), 
  • un lieux d’hébergement dans les bureaux et dans l’ancien laboratoire,
  • un skate park dans le prolongement de l’aire de jeux. 

Artistes, producteurs locaux, entrepreneurs, associations, jeunes, chacun pourra s’approprier le lieu : «à termes nous pourrons traverser le site à pied, en suivant le cheminement de l’eau ».
La réhabilitation de la papeterie étant bien engagée, c’est désormais une association baptisée « les marqueurs d’eau » -en référence à l’ancien nom du filigrane- qui va assurer la gestion du site.

maquette photos KMS communication #lesaudacieux
salle voûtes papeterie Lana de Docelles KMS communication #lesaudacieux

De gauche à droite, au dessus : maquettes du projet / En dessous : salle des voûtes, point névralgique du site servant aussi de lieu d’expression culturelle. Photos ©kmscommunication.

maquette photos KMS communication #lesaudacieux
salle voûtes papeterie Lana de Docelles KMS communication #lesaudacieux
Rero exposition papeterie Lana de Docelles KMS communication #lesaudacieux




……………………..

CARTE SENSORIELLE

  • Une musique : “Primavera in Oratorio” de Chopin,
  • Une odeur : celle du papier
  • Un goût : un mélange sucré, acide,
  • Un objet : la cuve,
  • Une chose à voir : la masse du site, une salle voûtée datant du 17e siècle.

……………………..




Focus : Lana 400 ans
de papier de luxe

La papeterie Lana est née à Docelles en 1590. Ici on y fabriquait du « beau papier » du papier de luxe pour l’édition, mais aussi du papier fiduciaire, filigrané, utilisé pour les documents officiels. « Le papier utilisé pour les premières éditions des oeuvres de Voltaire a été fabriqué ici, en partenariat avec Arches ».
Docelles a une relation très étroite avec le papier. A l’époque le village comptait d’ailleurs 5 moulins à papier. Un passé et une activité papetière que l’on retrouve sur un des vitrails de l’église (le seul du genre en Europe) et sur une fresque signée Géo Condé, dessinée dans le bureau de l’ancienne papeterie.

Pour aller plus loin :

Découvrez l’histoire du papier dans l’ouvrage de Sabine Lesur « Vosges, une terre de papier » aux éditions Serpenoise.
Un ouvrage réalisé avec la participation de Christophe Voegele et Clair Arthur.