émaillerie deycimont

La reprise réussie de l’émaillerie de Deycimont

Article mis à jour le 15 novembre 2018

Suite à la fermeture de la papeterie de Docelles, Richard Jeanpierre et Laurent Gérardin décident de reprendre la Manufacture vosgienne d’émaillage de Deycimont. La société cherche alors un repreneur, elle en trouve deux.

L’un est ingénieur papetier, le second contremaitre, tous deux ne connaissaient pas l’émaillage, mais avaient l’envie de créer ou de reprendre une société. « La technicité et la beauté de l’émail m’ont tout de suite parlées » confie Richard Jeanpierre.

En juillet 2015 ils récupèrent les clés de la Manufacture Vosgienne d’Emaillage (MVE) des mains des précédents propriétaires : trois investisseurs qui avaient consacré une bonne partie de leur temps, de leur énergie et de leurs compétences pour maintenir l’activité de l’entreprise.

Après une formation de 8 mois avec “l’Association pour l’étude de l’émail vitrifié”, les nouveaux repreneurs prennent les rênes de la Manufacture, investissant dans de nouvelles machines, dont un four à plat de 6 mètres de long, consolidant ainsi les emplois. Richard Jeanpierre devient dirigeant et Laurent Gérardin chef de production.

……………………..

Signe(s) distinctif d’audace : reprendre une entreprise au savoir-faire particulier, sans avoir les connaissances du métier d’émailleur ni de celui d’entrepreneur.

Un chiffre : 800°C (température moyenne à laquelle chauffe le four)

Un mot : verre

……………………..

En 2017, soutenus par les pouvoirs publics, ils concrétisent leur projet d’agrandissement. La communauté de communes de Bruyères Vallons des Vosges, collectivité disposant de la compétence économique, rachète les locaux jusqu’alors loués par l’Emaillerie. Le rachat est couplé à un vaste programme de réhabilitation comprenant installations électriques, cloisonnement, création de murs coupe-feu… Avec à la clé, la possibilité pour l’entreprise de se porter acquéreur d’ici quelques années.

« Ce déménagement était la 3e étape de notre programme de développement » confie Richard Jeanpierre. “Seuls nous aurions réussi, mais nous aurions mis 5 ans »… Cet investissement a permis, outre de rassurer les clients sur la capacité de l’entreprise à honorer les commandes, de pouvoir améliorer les conditions de travail, de gagner en ergonomie et en qualité. Désormais la ligne de production va dans le sens du processus de fabrication. La première étape est le nettoyage des pièces brutes dans une “grenailleuse” (photo 1). Elles sont ensuite émaillées au pistolet (photo 2) avant d’être soumise à une température d’environ 800°C (photo 3).

“Pour qu’une entreprise fonctionne il faut qu’elle ait au moins un projet par an. Même s’il n’aboutit pas”

L’émaillerie vosgienne, la seule capable d’émailler de la fonte
et des grosses pièces

En France, on compte 3 émailleries à façon. Celle de Deycimont est la plus petite mais elle est la seule capable d’émailler de la fonte et des grosses pièces. Plaques de rues, enseignes, plancha, abat-jour, la Manufacture vosgienne émaille en effet tout ou presque.

Vous avez une cocotte en fonte à laquelle vous tenez particulièrement et que vous souhaitez émailler ? C’est possible. Vous êtes artisan d’art et vous souhaitez émailler vos œuvres ? Ne cherchez plus et faites comme Marie-Michelle Deschamps, artiste plasticienne, passez vos œuvres au four. « Ce métier est très varié, c’est ce qui le rend intéressant » conclut Richard Jeanpierre qui a encore plein d’idées en tête pour développer sa société. Déjà des tests d’impression au laser sont en cours (photo 4), avec, pourquoi pas, un nouvel investissement à venir s’ils s’avèrent concluants.

Chronologie d’une renaissance

  • 2012 – installation de la Manufacture lorraine d’émaillage à Deycimont par des anciens de la société lorraine de céramique de Beauménil,
  • mars 2013 – parution d’un article de presse annonçant que la Manufacture lorraine cherche des investisseurs pour poursuivre son activité,
  • 1er nov. 2013 – la Manufacture lorraine est liquidée, la MVE (Manufacture Vosgienne d’Emaillage) nait : un investisseur a entendu l’appel de la Manufacture lorraine un matin en buvant son café et en lisant son journal. Avec 2 autres associés ils rachètent l’outil de production et reprennent les salariés,
  • juillet 2015 – reprise de la MVE par Richard Jeanpierre et Laurent Gérardin, deux anciens salariés de la papeterie de Docelles
  • 12 novembre 2018 – inauguration des locaux aménagés de la MVE, en présence de Julien Le Goff, secrétaire d’état et sous-préfet de l’arrondissement d’Epinal.



……………………..

LEUR CARTE SENSORIELLE

  • Une odeur : celle très particulière de l’acier que l’on travaille dans les métallurgies.
  • Un objet : la plancha, car c’est l’objet le plus émaillé par la MVE.
  • Une chose à voir : “la magie au reflet bleuté, fissuré, de l’oxydation de l’émail sur le cuivre”, Marie-Michelle Deschamps, artiste plasticienne.

 

……………………..

Pour aller plus loin :

Retrouvez le savoir-faire de l’émaillerie sur son site internet.
Photos ©kmscommunication

Note de la rédactrice : cette entreprise est un exemple de reprise. J’ai eu la chance d’avoir suivi son développement. En rédigeant l’article qui a fait mouche auprès de l’investisseur en 2013, puis en faisant régulièrement écho du savoir-faire très particulier qu’elle détient dans la presse. Aujourd’hui si elle poursuit son développement c’est grâce à la volonté des hommes et des femmes qui ont voulu maintenir l’activité afin que ce savoir-faire particulier ne disparaisse pas.